Wed 20 Oct 2021
Podcast /
Nata PR School (FR)

Lien de l'épisode /
Nata PR School (FR)

Partagez cet Épisode

J’ai choisi ici de vous parler de la télévision, car dans tous nos plans stratégiques, la télé demeure en tête de liste des médias les plus puissants. Rien ne vaut un reportage diffusé dans le cadre d’un téléjournal lors des heures de grande écoute, et ce, quels que soient les pays ou les régions du monde. De plus, toutes les télés diffusent depuis plusieurs années déjà leurs reportages en ligne.
La télé est-elle en perte de vitesse?
Bien que les audiences aient connu des hausses pendant la pandémie, nous savons que les 15-24 ans délaissent ce média pour s’informer sur le Web et les médias sociaux. Je dirais même que je suis, sans l’ombre d’un doute, la seule personne de l’agence à posséder encore un téléviseur digne de ce nom. Tous mes jeunes employés, les 35 ans et moins, ne regardent la télé que sur leur ordinateur et en différé.
Cependant, une exception demeure lorsqu’il s’agit de téléréalité. J’ignore pourquoi, mais il s’agit d’un réel phénomène qui vaut que l’on s’y attarde. Tous mes jeunes employés ne regardent plus la télé, mais vont cependant faire une exception pour ces émissions en visionnant, un peu comme des voyeurs, des participants vivre des aventures que l’on sait trafiquées et filmées à toute heure du jour. Ces téléréalités proposent des thèmes, qui vont de la rencontre possible de l’âme sœur, à des courses autour du monde en passant par des concours en tout genre : cuisine, chanson, coiffure, entreprises. Les spectateurs se passionnent pour les histoires qui s’y passent, en parlent entre eux et deviennent rapidement des amateurs de ces célébrités instantanées, qu’ils suivent ensuite presque religieusement sur leurs comptes TikTok, Instagram et Facebook.
Nous ne savons ni de quelle façon ni dans quel format les prochaines générations consommeront ce que nous appelons, encore aujourd’hui, la télé. Je dis toujours à mes clients pour les convaincre : « Pour l’instant, ces plateformes sont là et il ne faut pas s’en priver. On ajustera le tir dans quelques années. » C’est ce que nous faisons depuis plus de 20 ans maintenant.
Selon le Centre d’observation de la société, le petit écran a encore de belles heures devant lui. La concurrence des autres formes d’écrans (ordinateurs ou jeux vidéo) existe depuis longtemps. Jusqu’à récemment, ils semblaient plutôt complémentaires : c’était l’audience de l’ensemble des écrans qui augmentait. Ce qui était vrai hier ne l’est plus tout à fait aujourd’hui. Le temps des individus n’est pas extensible à l’infini et la durée passée devant Internet progresse toujours. Selon Médiamétrie, chaque individu y consacre 1 h 37 par jour, contre 50 minutes en 2012 et 20 minutes il y a dix ans.
La stagnation de la durée passée devant la télévision tous âges confondus masque une chute très nette depuis 2012 chez les 15-34 ans, de 2 h 45 à 1 h 43 en 2019.
Pour les plus jeunes, ordinateurs et téléphones intelligents dominent : les 15-24 ans consacrent désormais plus de temps à Internet qu’à la télévision. YouTube est devenue la chaîne favorite de bon nombre d’adolescents.
Surtout, n’hésitez pas à me joindre pour poursuivre la conversation!
Consultation gratuite.
Inscrivez-vous sur nos listes pour obtenir toute information pertinente : www.natapr.com.