Sun 21 Nov 2021
Podcast /
Choses à Savoir SANTE

Lien de l'épisode /
Choses à Savoir SANTE


Certaines personnes ont souvent le nez froid. Si l\'on est en hiver, cela n\'a rien d\'étonnant. Mais elles éprouvent parfois cette sensation en plein été. Comment expliquer un tel phénomène ?
Le nez froid en hiver...
Durant la saison froide, l\'organisme a une priorité : réchauffer les organes vitaux, qui ont donc besoin d\'un afflux supplémentaire de sang. De ce fait, la circulation sanguine se détourne en partie des extrémités, comme les doigts ou le nez.
Cependant, si certaines personnes ont le nez froid en hiver, c\'est qu\'elle souffrent d\'une affection spécifique, la maladie de Raynaud. À vrai dire, elle touche plus encore les doigts et les orteils.
Si ces parties du corps sont exposées au froid, les nerfs responsables du fonctionnement des petites artères de la peau entraînent alors une diminution anormale de leur calibre. De ce fait, le sang circule mal, et le nez, les doigts et les orteils deviennent froids.
...Mais aussi en été
En plein été, certaines personnes sentent leur nez devenir froid. Ce qui, a priori, peut paraître surprenant. Des chercheurs anglais se sont intéressés au phénomène.
Ils ont d\'abord formulé l\'hypothèse selon laquelle la température du nez diminuerait en fonction de l\'intensité de la réflexion intellectuelle. Autrement dit, un nez froid serait dû à un cerveau en ébullition.
Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs ont soumis dix personnes à des travaux intellectuels plus ou moins complexes. Pendant ce temps, le cerveau des volontaires était filmé par des caméras thermiques.
Les scientifiques ont alors remarqué que, plus la tâche était difficile, et exigeait de la concentration, plus la température du visage, et donc du nez, diminuait. D\'autres recherches seront nécessaires pour bien comprendre ce phénomène.
Mais, d\'ores et déjà, les chercheurs britanniques avancent des explications. D\'après eux, le changement de température du nez pourrait être lié à une modification du rythme de la respiration, elle-même provoquée par la concentration sur une tâche intellectuelle ardue.
Il se pourrait aussi que l\'effort fourni induise un afflux supplémentaire de sang vers le cerveau, au détriment d\'autres parties du corps, comme le nez. De telles recherches pourraient avoir certaines applications pratiques.
 
See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.